Déclaration

Pour commencer, j’utiliserais l’adjectif «détaillé» pour décrire mon travail et ma personne en tant qu’artiste.

En effet, j’ai une passion profonde pour l’observation des détails d’une scène. Pour moi, ce sont les composants les plus importants d’une image. Je veux vraiment que le spectateur se perde dans les détails de mon travail, de la même manière que je l’ai été quand je les ai peint. Je veux que le spectateur prenne le temps d’approcher mes tableaux pour les regarder de près; mes peintures sont relativement petites afin de conserver l’intimité et le silence du détail. J’apprécie le calme qui se dégage de mon travail au travers de touches subtiles de bleu cobalt et de vert cadmium dans une zone chaude et terne.

De cette passion résulte mon travail photoréaliste, où mon processus et ma technique prennent un rôle crucial. Mon principal médium est la peinture à l’huile sur toile. Admirative de la technique de Vermeer, je peins de petits et délicats traits dans le but de capturer chaque variation de la lumière, des couleurs et des bordures de la scène. Ces variations créent l’atmosphère du travail et l’émotion qui en découle. De ce fait, comme une scientifique je suis prudente avec le ratio des couleurs sur ma palette, la densité de la peinture pour l’éclairage et le contrôle de la netteté des bords.

L’imagerie de mes peintures fait référence aux photographies que je prends de mes actions quotidiennes et de mon environnement; presque comme une sorte d’intrusion ou de « stalking » de ma propre vie, à la même manière de Sophie Calle avec des inconnus. Mes photographies représentent des scènes d’intérieures domestiques et affichent principalement la banalité ou parfois même des moments dénués de pertinence de notre quotidien. C’est ma façon de combiner le concept de voyeurisme et d’intimité. Pour cette raison, je crois que mes peintures ont une certaine austérité dans le familier qu’elles dépeignent.

Enfin, j’ai toujours eu un engagement actif, à travers mes œuvres, de représenter les femmes de notre monde contemporain. C’est ma prise de position en tant que féministe, en critiquant la façon dont notre société de consommation a façonné notre subconscient sur l’identité des femmes et leurs rôles. Je veux surtout attirer l’attention sur le fait que la seule valeur qu’accorde notre société aux femmes est leurs physiques et donc sont vues seulement comme des objets sensuels et appétissants. Par conséquent, influencée par Barbara Kruger, j’ai récemment expérimenté avec mon travail, en juxtaposant des typographies plates et voyantes d’images communes de la culture pop et du capitalisme avec mes peintures, pour interrompre leur harmonie et ainsi livrer frontalement mon concept et message.

-Nolwenn Carfantan, 2020